Skip to main content

Convictions éthiques, écologiques, bienfaits pour la santé, bien-être animal… de nombreuses raisons et motivations poussent de plus en plus de personnes à adopter des régimes alimentaires végétariens, végétaliens ou vegan. Plus qu’un style alimentaire, ces pratiques s’apparentent à un réel mode de vie plus global et de plus en plus démocratisé et accessible aujourd’hui.

Qu’en est-il de son entourage et de ses enfants lorsque nous décidons de former une famille axée autour de ce style de vie et de cette alimentation ? Est-ce dangereux pour leur santé ?

Végétarisme, végétalisme, véganisme… mettons les choses au clair 

De nombreux régimes alimentaires existent aujourd’hui.

Les personnes se disant végétariennes excluent généralement de leur régime alimentaire les viandes, incluant également les poissons, abats, volaille… tandis qu’une personne se réclamant végétalienne ou vegan adopte un style de vie plus globale car ne consommant aucun produit issu des animaux comme le beurre, le lait ou encore le miel mais aussi des produits non-alimentaires tels que la laine ou le cuir. Le véganisme est donc considéré comme un des régimes alimentaires les plus strictes, et comme un style de vie à part entière mais cela dépend bien entendu des habitudes de chacun et chacune.

Mon mode régime alimentaire peut-il nuire à ma famille ?

Si vous êtes végétarien/végétarienne ou végan, vous vous posez peut-être la question si ce style de vie ne serait pas à proscrire si vous êtes amenés à avoir des enfants, par exemple.

Marine Bello, diététicienne nutritionniste, recommande vivement de bien encadrer et suivre l’alimentation du nourrisson ou de l’enfant si celle-ci est végane, afin d’éviter toute potentielle carence. Dans tous les cas, les enfants seront amenés à être « supplémenter en vitamine D et B12 et peut être en d’autres micronutriments », mentionne-t-elle.

Autre point ; les mamans véganes et souhaitant allaiter doivent également être précautionneuses car ce choix peut ne pas amener tous les nutriments nécessaires au nourrisson.

Cependant, d’après elle, il y a peu de risque de carence, surtout en vitamine dans le cas d’une alimentation végétarienne.

Même si la cause est noble et part d’une bonne intention, la diététicienne déplore d’imposer une conviction personnelle à ses enfants, « en particulier l’alimentation végane, qui est plus stricte ».

Dans tous les cas, si vous souhaitez vraiment mettre en place ce genre de régime alimentaire, il est toujours conseillé de se faire accompagner par un professionnel de santé et de l’alimentation.

Vegan à tout prix ?

Aucune étude ne démontre à ce jour que les enfants et nourrissons ayant été nourris à partir de préparations végétales soient en mauvaise santé ou aient subis des retards de croissances.

Cependant, L’ANSES, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, a signalé plusieurs cas graves et accidents de dénutrition concernant des nourrissons ayant pour alimentation des boissons végétales courantes, présentées comme des « laits végétaux », (à base par exemple de soja, de riz, d’amande). Le comité d’experts de l’ANSES spécialités en « nutrition humaine » a montré que ces boissons ne permettaient pas de couvrir les besoins nutritionnels des nourrissons.

Si vraiment des parents souhaitent se tourner vers des préparations formulées à partir de protéines végétales, elles doivent s’agir toujours de préparations spécialement formulées pour couvrir les besoins des nourrissons.

Sources :

Conseils de Marine Bello.

Quels laits pour l’alimentation des moins d’un an? | Anses – Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail